Logo 25 Jahre KAN

KANBrief 1/18

Work-by-Inclusion : les lunettes connectées au secours des magasiniers malentendants

© Lehrstuhl fml

Le projet Work-by-Inclusion vise à intégrer les employés malentendants dans les opérations logistiques des entrepôts, en leur communiquant les informations importantes au moyen de lunettes connectées. Le système permet en outre aux employés malentendants et entendants de communiquer entre eux.

On recense en Allemagne quelque 80 000 personnes sourdes et 140 000 malentendants qui sont tributaires d’un interprète en langue des signes. Selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, environ 10 000 emplois vacants en Allemagne pourraient être pourvus par des malentendants. Le concept du Work-by-Inclusion offre là un fort potentiel, en permettant à des personnes handicapées d’entrer sur le premier marché du travail.

Spécialisée dans les fournitures de bureau et comptant 48 employés, la Sté Schmaus a, depuis plusieurs années, le souci d’intégrer des personnes handicapées dans son personnel. Sur ses douze employés atteints d’un handicap, dont six sourds ou malentendants tributaires d’un interprète en langue des signes, neuf personnes sont affectées à la logistique. Le projet de recherche « Work-by-Inclusion » a été mis en place dans cette entreprise en collaboration avec la chaire de technique de transport, de flux des matériaux et de logistique (fml) de l’Université technique de Munich, et avec la Sté CIM, spécialiste de logiciels de gestion d’entrepôts. Le but du projet est d’intégrer pleinement les personnes sourdes et malentendantes dans les processus opérationnels de préparation des commandes.1

Comment fonctionne Work-by-Inclusion ?

Le projet Work-by-Inclusion repose sur la technologie de préparation des commandes Pick-by-Vision mise au point par la chaire fml. Les informations essentielles relatives à la commande apparaissent sur des lunettes connectées dans le champ de vision du préparateur. Ce système d’assistance peut être utilisé aussi bien par les employés malentendants que par le personnel entendant. Les informations sont transmises uniquement par voie visuelle et non pas par voie acoustique. Il s’agit là d’une technologie moderne et compétitive pour les opérations effectuées dans les entrepôts (préparation des commandes, stockage et déplacement des produits, etc.), contrairement au bordereau de préparation et au bon de commande sur papier qui, à la faveur de la digitalisation, sont de plus en plus appelés à disparaître.

Permettant aussi d’envoyer ou de recevoir des messages, les lunettes connectées constituent ainsi une interface commune de communication entre tous les employés, aussi bien entendants que malentendants. En plus des opérations à effectuer, elles affichent aussi les alarmes (par exemple en cas d’incendie) ou les informations générales (par exemple réunion à la cantine). Outre les lunettes connectées, les préparateurs sont équipés d’un scanner de code-barres maniable pour valider les opérations effectuées. Les lunettes peuvent être aussi commandées aisément par l’intermédiaire de ce scanner.

Le système d’information numérique sans papier guide le préparateur tout au long du processus de travail. Aucune étape ne peut donc être omise. Le taux d’erreurs, et donc le travail et les coûts supplémentaires qu’elles entraînent, sont ainsi minimisés. De plus, ayant les deux mains libres, les employés peuvent se concentrer sur leurs activités principales : saisir, retirer et déposer les articles.

L’interface de communication avec les lunettes connectées ayant une définition ouverte, n’importe quelle plateforme logicielle peut leur envoyer des contenus. Ainsi, le champ d’application n’est pas limité à la préparation des commandes, mais peut être par exemple étendu aux domaines de la médecine ou aux opérations d’assemblage industriel.

Des avantages pour les utilisateurs

Comme l’a constaté la Sté Schmaus, une philosophie d’entreprise axée sur l’inclusion de personnes handicapées se traduit par une grande loyauté du personnel, un climat social positif et une faible fluctuation. Les employés malentendants compensent la perte ou la diminution de leurs capacités auditives par une perception visuelle très aiguisée. De ce fait, les tâches sont effectuées à niveau particulièrement élevé, tant en termes de qualité que de quantité, et ce en dépit – ou précisément à cause – du handicap. Work-by-Inclusion donne ainsi aux entreprises la possibilité d’employer des personnes handicapées très motivées, et de pallier la pénurie de personnel qualifié qui se fait déjà sentir.

Daniela Schmaus daniela.schmaus@buero-schmaus.de

Matthias vom Stein  vomstein@fml.mw.tum.de

Pour en savoir plus : www.work-by-inclusion.de

1 Le projet « Développement d’outils de travail visuels pour les personnes malentendantes travaillant en entrepôt – Work-by-Inclusion » bénéficie, de la part du Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales, de subventions provenant du fonds de compensation (référence 01KIVI141207).