KANBrief 2/20

Un an de trottinettes électriques dans les rues

Dans de nombreuses villes, on s’est habitué à voir circuler les trottinettes électriques. Ceux qui les ont déjà essayées savent qu’il n’est pas si facile, avec les petites roues, de franchir les irrégularités de la chaussée, ou de faire un signe de la main avant de changer de direction. De plus, ces engins sont souvent utilisés à deux ou sur le trottoir, ce qui est interdit. Il faut donc poursuivre la discussion sur la sécurité de la circulation des trottinettes.

Depuis l’entrée en vigueur, le 15 juin 2019, de l’ordonnance sur les petits véhicules électriques (eKFV), les trottinettes électriques avec guidon peuvent être utilisées en Allemagne à partir de 14 ans pour circuler sur la voie publique. En Allemagne, ces véhicules doivent être obliga­toirement assurés et homologués.

Les trottinettes électriques tombent en outre sous le coup de la directive Machines de l’UE. Actuellement en cours d’élaboration, la norme européenne harmonisée prEN 171281 est dest­inée à en concrétiser les objectifs de sécurité pour les trottinettes électriques et autres véhicules électriques légers.

De nombreux risques d’accidents

Rien que durant les premières semaines qui ont suivi l’autorisation pour les trottinettes de circuler en Allemagne, la police a enregistré une quantité d’infractions et d’accidents. Les hôpitaux ont fait état de blessures graves à la tête et de fractures résultant d’accidents de trottinettes. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’en Allemagne, les mêmes règles pour le taux d’alcoolémie s’appliquent aux conducteurs de trottinettes électriques que pour les automobilistes.

Outre le non-respect des règles, les lois de la physique lors de la conduite sont à l’origine des accidents : du fait du faible diamètre des roues, les trottinettes sont beaucoup plus difficiles à contrôler qu’un vélo lorsqu’elles roulent sur des irrégularités de la chaussée ou dans un virage. Du fait de leur silhouette étroite et de leur grande capacité d’accélération, il peut facilement arriver qu’on ne les voie pas venir.

Si les trottinettes étaient équipées de cligno­tants – ce qui, pour l’instant, n’est pas obligatoire –
on n’aurait pas besoin de faire un signe de la main avant de changer de direction, et les deux mains pourraient toujours rester sur le guidon. C’est pourquoi l’Institut fédéral de recherche sur la circulation routière (BASt) préconise des clignotants pour les petits véhicules électriques que l’on conduit debout. Dans l’article 5 (4) du projet de l’ordonnance eKFV il était également prévu que les deux-roues soient obligatoirement équipés de clignotants2.

Un autre facteur important pour la sécurité est la conception de l’infrastructure urbaine : les trottinettes électriques doivent être utilisées sur les mêmes voies de circulation que les vélos, ce qui aiguise encore la concurrence entre l’espace routier, déjà insuffisant, et les pistes cyclables. Quiconque, malgré l’interdiction, circule avec sa trottinette sur le trottoir met les piétons en danger. De plus, les engins garés n’importe comment ou laissés par terre constituent des obstacles susceptibles de provoquer des chutes.

Les trottinettes utilisées au travail

Les salariés qui utilisent une trottinette électrique pour se rendre au travail ou pour se déplacer pendant le travail sont couverts par l’assurance accidents obligatoire. Si les trottinettes sont utilisées pour se déplacer en entreprise, elles relèvent en Allemagne de l’ordonnance sur la sécurité dans les entreprises (BetrSichV) et de la Règle sur la prévention des accidents pour les véhicules (Règlement 70 de la DGUV). De ce fait, l’employeur doit prendre en compte l’utilisation des trottinettes dans l’évaluation des risques, et peut prescrire, dans un règlement intérieur, des règles de sécurité allant au-delà de l’eKFV, comme le port obligatoire d’un casque, de vêtements rétroréfléchissants et de chaussures adaptées. De plus, les entreprises doivent instruire leur personnel, en théorie et en pratique, sur l’utilisation des trottinettes et en contrôler régulièrement le bon fonctionnement.

Des données encore insuffisantes

Depuis janvier 2020, les accidents de trottinettes électriques font l’objet d’une catégorie distincte dans les statistiques sur les accidents. Par ailleurs, la BASt a lancé un appel d’offres pour une étude scientifique de suivi visant notamment à étudier plus précisément le comportement des utilisateurs de trottinettes électriques dans la circulation routière, ainsi que l’impact de l’eKFV sur la sécurité routière. Le rapport final devrait être disponible fin 2022.

Sur la base des conclusions de cette évaluation, l’ordonnance eKFV sera révisée si nécessaire, comme prévu à son article 15 (4). Le Ministère fédéral des Transports et des Infrastructures numériques devra alors soumettre une éventuelle proposition d’amendement d’ici le 1er septembre 2023. Selon le Conseil allemand de la Sécurité routière, le critère décisif devra être de savoir si les effets de l’ordonnance sont en adéquation avec la Vision Zéro, et donc avec l’objectif de réduire à zéro le nombre de blessés graves et de tués lors d’accidents de la route.

Tanja Hohenstein
THohenstein@dvr.de

1 FprEN 17128, Véhicules légers motorisés pour le transport de personnes et de marchandises, non homologables pour l’utilisation sur la route, ainsi que les installations d’utilisation – Véhicules électriques personnels légers (PLEV) – Exigences de sécurité et méthodes d’essai 
2 Projet ministériel de l’ordonnance sur la participation des petits véhicules électriques à la circulation routière, version du 21/09/2018
www.bmvi.de/SharedDocs/DE/Anlage/Gesetze/Gesetze-19/entwurf-verordnung-teilnahme-elektrokleinstfahrzeuge-strassenverkehr.pdf